Derniers sujets
» Première Sîze de la Vieille École avec Charles Leestmans
Jeu 22 Mar 2018 - 16:32 par Dubois Georges

» Etwas ist... Faul...
Sam 10 Mar 2018 - 21:38 par Dubois Georges

» Creû dè Bounamé ( Bra )
Jeu 18 Jan 2018 - 15:05 par Chuipala

» ROUTE NAPOLEON
Jeu 30 Nov 2017 - 9:47 par Admin

» Chapelle N-D de Grâces ( Bra )
Dim 26 Nov 2017 - 13:00 par Chuipala

» Le miracle de Hierlot
Ven 24 Nov 2017 - 9:21 par Admin

Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Flux RSS




Sécurisez tout le monde : sécurisez vous !

Aller en bas

Sécurisez tout le monde : sécurisez vous !

Message par Admin le Mer 4 Oct 2017 - 22:10

Sans être exempt de lacunes, je suis souvent sidéré par la légèreté de l'internaute lambda en matière de vie privée et de sécurité, sur le web et sur internet en général.

Car, enfin, laisse-t-on les clefs de sa boîte aux lettres physique en permanence sur celle-ci ?

Et l'adopterions-nous, en sachant que son fabricant possède un double lui permettant de passer son temps à ouvrir nos courriers ? Absolument tous, pour rentabiliser son entreprise en revendant leur contenu au plus offrant des apothicaires les plus intéressés par leur nature ? S'il ne nous colle pas en prime, ou un de ses potes, une puce électronique dans le fion permettant de suivre nos moindres faits et gestes, de façon à nous "fournir des renseignements adaptés, destinés à (nous) faciliter la vie" jusqu'au plumard dans les moments d'extase ? Même chose avec nos enfants ? Auxquels il conseillerait, il est vrai et pour autant que le logiciel ne déconne pas, de reprendre une part de flan au caramel Machin plutôt qu'une tisane de revenez-y Bidule.

Accepterait-on que le fabricant de notre papier à lettres précise qu'il est interdit de l'utiliser pour écrire tout le bien qu'on pense de ses produits pouraves ? Sous peine de poursuites ! Même chose pour le fabricant du stylo, qui stipulerait que son emploi est interdit pour tels types de prise de notes, détaillés dans les conditions de vente ? Lesquelles pourraient n'être consultable que dans les entrailles d'un site web exotique, par le biais d'un .pdf rédigé en langage inuit et traduit en anglais au moyen d'un logiciel codé avec les pieds ?

Et quels bonds ferions-nous si notre paire de lunettes Ouastache-technology passait en mode opaque au beau milieu d'une visite au Louvre, parce que "Les Baigneuses" de Fragonard présentent les caractéristiques d'une œuvre à caractère pornographique selon les lois d'un lointain État, où l'on est tenu de garder les mains sur les couvertures jusqu'à l'âge de 95 ans accomplis ?

Tu ris ? Lis bien les conditions d'utilisation des logiciels que tu utilises : il y a fort à parier que tu ne riras plus du tout. Car au-delà de la forme - choisie pour accrocher autant que pour éviter les poursuites éventuelles - il n'y a rien de fantasmé là-dedans. Et je suis loin d'avoir fait le tour. D'autant que j'ai fort peu évoqué ceux dont la spécialité est de s'infiltrer dans les failles, logicielles ou humaines, pour y pirater les données ou tout simplement foutre le boxon par plaisir.

Que les États démocratiques, dans des limites précises et sous contrôle d'observateurs - un tant soit peu - indépendants, s'autorisent certaines privautés, ma foi, ça se défend. On n'est pas obligé d'être d'accord, tout ou partie, mais ça se défend. Mais le premier marchand de chaussettes même pas bio venu ? On va où, là ?

"Rien à cacher" ? Sûr ? Moi je veux bien, hein. Et ton état de santé ? Ce côté festif qui te rend tellement sympathique et aucunement délinquant, certes, mais client à risque pour un assureur ? Parce que ça se vend, tu sais, ce genre de renseignement. Et les noms de tes contacts aussi. Ça vaut même tellement de pognon que c'est la principale source de rentrées pour un paquet de sociétés basées sur Internet. Avec leurs adresses physiques, numéros de téléphone, convictions philosophiques, préférences sexuelles et plus si affinités, c'est carrément le jackpot.

Et ne va pas penser "(que) c'est que les trucs gratuits, qui font ça", hein. Que nenni ! Il y en a même qui te font payer bonbon, pour avoir le privilège de te faire doublement tondre. Et pas des moindres. Ceci dit, tu es bien accompagné : dans la salle de tonte climatisée d'à-côté, on s'occupe des partenaires-publics-et-privés-avec-lesquels-on-a-une-relation-de-confiance-basée-sur-la-fiabilité-de-nos-produits. Bouge pas, je sors pousser un petit cri de jouissance et je reviens...

Bref, et tout en sachant que le risque zéro n'existe pas davantage sur Internet qu'ailleurs

- veillez, je vous en prie, et au minimum

  • à prendre le temps d'acquérir les bases vous permettant de savoir, au moins un peu, ce qui se passe quand vous vous connectez et ensuite. Ne serait-ce que pour protéger vos enfants vous-même plutôt que de confier - exclusivement - à d'autres le soin de le faire ;
  • à ne jamais oublier qu'il y a toujours quelqu'un autour de vous sur Internet, et que ce quelqu'un n'est pas forcément sympathique. Surtout si vous ne le voyez pas ;
  • à n'utiliser que des navigateurs "grand public" aussi transparents que possible, bénéficiant depuis longtemps d'une réputation de fiabilité et de respect de la vie privée : personnellement j'utilise Firefox et Chromium ( le papa de Chrome ) parallèlement à des navigateurs moins célèbres ;
  • à apprendre à - bien - les utiliser. De façon à empêcher le premier venu de s'accorder des prérogatives mettant votre vie privée et/ou votre sécurité en jeu ;
  • à faire vos mises à jour régulièrement. Toutes. Il n'y a pas de petites failles ;
  • à ne pas permettre à n'importe qui d'installer n'importe quoi sur votre bécane. Sous aucun prétexte, et surtout pas celui de vous faire gagner des millions ;
  • à ne pas laisser traîner votre adresse @ un peu partout, sur et en dehors du web ;
  • à construire des mots de passe forts, différents pour chaque site où ils sont requis, et d'en changer régulièrement. À plus forte raison si leur violation peut compromettre l'intimité et/ou la sécurité d'autrui ;
  • à choisir un nom d'utilisateur ( login ) différent de votre identité, sauf si des ***** ** *** l'exigent ;
  • s'ils l'exigent, n'hésitez pas à changer de crémerie. Et et si vous ne pouvez pas faire autrement, faites gentiment remarquer au webmestre que c'est très... mal... d'autant qu'il dispose de vos coordonnées réelles en interne ;
  • s'ils exigent une adresse @ valide ( comme login ), utilisez selon les cas : un alias permanent sur votre "bonne" adresse, une adresse "poubelle" permanente, ou une adresse @ jetable au départ d'un site libriste, ou autre connu pour sa fiabilité, quand il s'agit de relations dont vous savez qu'elles vont être limitées à quelques jours ;
  • à bien réfléchir avant de considérer que les pseudos c'est le Mal, et que vous n'avez rien à préserver si ce n'est à cacher ;
  • à respecter le choix des autres en la matière. Sauf, ça va de soi, dans les limites d'une réquisition légale en bonne et due forme vous obligeant à y déroger ;
  • à ne pas compromettre la sécurité et la vie privée des autres en remplissant plus de champs que nécessaire dans vos carnets d'adresses divers et variés. Si vous le faites sur des médias "sociaux" bien connus et que ça me revient, je vous mords !
  • à ne pas confier le stockage et l'utilisation de votre courrier @ à n'importe qui, dans un environnement logiciel pourri. Même s'il vous permet de mettre des p'tits anges qui battent des ailes partout ;
  • à limiter son transit et en n'utilisant, si vous le gérez de chez vous, que des client de messagerie fiables et reconnus pour leur sécurité, bien paramétrés et régulièrement mis à jour ;
  • à n'ouvrir aucune pièce jointe émanant d'inconnus, et en tout cas pas avant d'avoir recueilli un maximum de renseignements à leur sujet ou à celui de leurs messages. Utilisez une adresse @ poubelle, permanente ou non, lors de premiers contacts ;
  • à vous mettre en seul destinataire visible et les autres en copie conforme invisible ( CCI ) en cas de courriel groupé. Et à créer des listes de destinataires bien paramétrées ( CCI ), si vous êtes régulièrement amené à envoyer des courriels groupés : peu de choses sont aussi agaçantes à mes yeux que retrouver son adresse @ - fut-elle "poubelle" - au milieu de 50 autres tout aussi exposées ;
  • à obturer mécaniquement la webcam de votre portable, et à débrancher complètement les autres quand vous n'en avez pas besoin. Les pirates, petits et grands, adorent les webcams ;
  • à faire la même chose avec vos prises audio, ou au minimum à couper leur volume dans l'interface de commande : dix contre un qu'actuellement, si vous claquez des doigts à proximité desdites prises et en tout cas sur les portables, votre indicateur va faire de chôlis soubresauts.

Il serait également bienvenu

  • de ne jamais utiliser de services ne permettant pas de connaître au moins, au préalable et sans devoir chercher 1/2 heure, à quoi ça vous engage, qui est qui, où il est basé et où sont basés ses serveurs éventuels ;
  • une petite recherche d'avis le concernant n'est, par ailleurs, pas un luxe ;
  • de garder à l'esprit que rien n'est gratuit, sur Internet. Sans frais, ça existe. Mais gratuit, non. Même un logiciel Libre a un prix : celui de l'apprentissage et de la recherche des solutions par soi-même en étant épaulé, il est vrai, par une Communauté plus ou moins étoffée.
  • de bien lire toutes les conditions d'utilisation, et d'en avoir bien compris le sens, avant de valider une quelconque adhésion ;
  • de ne faire de compromis - ça arrive - que si vous estimez n'avoir pas d'autre choix, fut-ce momentanément, et que la balance est bien équilibrée ;
  • mais de résilier votre contrat, quoi qu'il en soit, le plus rapidement possible si vous vous apercevez qu'on vous a roulé sur des choses essentielles, au nombre desquelles confidentialité et sécurité doivent impérativement figurer ;
  • de régler avec soin, et avant toute autre chose, les paramètres mettant ou pouvant mettre en cause la sécurité de vos données et celles d'autrui s'il échet ;
  • d'aller faire un tour du côté des libristes, utilisateurs et/ou créateurs de logiciels libres à ne pas confondre avec les logiciels "gratuits". Il faut parfois un peu de temps pour trouver ce qu'on cherche, puis pour le prendre en main et, le cas échéant, pour se faire à l'esprit de la Communauté concernée. Mais ce n'est jamais du temps perdu. Bien souvent, ce sera surtout celui de vous déshabituer de pratiques - à l'occasion techniquement ou préventivement discutables - héritées du logiciel propriétaire que vous souhaitez remplacer. Je ne dis pas que tout est parfait dans "le libre", mais que passer à-côté est une erreur.
  • Et je ne dis pas non plus que tous les logiciels privés sont de grosses daubes juste bonnes à vous espionner. Vaut mieux le préciser, hein, des fois qu'un beau p'tit troll tout poilu passerait par là...


Bien. J'ai peut-être été un peu ( trop ) long, mais je crois que ça en vaut la peine. Tout et tout le monde est lié, sur Internet. Comme ailleurs, mais de façon plus perceptible et en moins de temps. Si vous compromettez votre sécurité, il y a forcément quelqu'un qui en pâtit directement et beaucoup d'autres, sinon tout le monde, indirectement. Pensez à la propagation foudroyante des virus informatiques.

Ne vous fiez pas qu'à vos outils de protection, si réputés soient-ils : l'adage dit "(que) le problème est généralement situé entre la chaise et le clavier"... j'ai souvent constaté, parfois à mes dépens, qu'il dit vrai. D'ailleurs, si un oubli ou une énormité en proviennent cette fois-ci, ne manquez pas de me le signaler.

Merci d'avance, et bon surf !

... ah oui... en cas de question, je suis tout prêt à vous aider dans la mesure du possible. Et d'autres, sans doute. Mais au préalable... hum... RTFM, hein......  Very Happy
avatar
Admin
Admin

Droits d'auteur : -------------


Messages : 50
Date d'inscription : 25/09/2017
Localisation : Bra-sur-Lienne

https://patrickgermain.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum