Derniers sujets
» Première Sîze de la Vieille École avec Charles Leestmans
Jeu 22 Mar 2018 - 16:32 par Dubois Georges

» Etwas ist... Faul...
Sam 10 Mar 2018 - 21:38 par Dubois Georges

» Creû dè Bounamé ( Bra )
Jeu 18 Jan 2018 - 15:05 par Chuipala

» ROUTE NAPOLEON
Jeu 30 Nov 2017 - 9:47 par Admin

» Chapelle N-D de Grâces ( Bra )
Dim 26 Nov 2017 - 13:00 par Chuipala

» Le miracle de Hierlot
Ven 24 Nov 2017 - 9:21 par Admin

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Flux RSS




La date/heure actuelle est Sam 15 Déc 2018 - 17:41

7 résultats trouvés pour bra

Creû dè Bounamé ( Bra )


Quelques centaines de mètres au N-O de Bra, sur le chemin emprunté jadis par les paroissiens de La Gotale et Monchenoûle pour rejoindre l'église N-D de l'Assomption, on peut encore voir une croix métallique - en piteux état* - dite « Creû dè Bounamé ». Selon Joseph Fourgon, cette croix fut érigée parcequ'une poule noire aurait, à partir de cet endroit, suivi un homme se rendant à l'office. Étant entendu que cette poule ne pouvait être qu'une sorcière, voire un démon, en maraude.

Dans la mesure ou les croix de sorcières / d'exorcisme, ou leurs réminiscences, sont courantes dans la région, le récit de Joseph Fourgon présente le double avantage d'être à la fois crédible et conforme au légendaire ardennais.

*Il semble que ce soit quelque garnement du coin qui, à force de s'y suspendre, ait eu raison de la croix. Donnant lieu à une réparation de fortune effectuée... à l'aide de fil de fer.

---ooo0ooo---

Tags : #Bra #croixdechemins #sorcières

Source :

  • témoignage de Joseph Fourgon, recueilli par Patrick Germain le 10 janvier 2018.
par Chuipala
le Jeu 18 Jan 2018 - 15:05
 
Rechercher dans: Religieux
Sujet: Creû dè Bounamé ( Bra )
Réponses: 0
Vues: 121

Armoiries communales


Au moment ou j'écris ces lignes, l'attribution d'armoiries à une commune est régie par l'Arrêté de l'Exécutif (AE) du 8 août 1988 fixant la procédure de reconnaissance des armoiries, sceaux et drapeaux des villes et communes ; modifié par l'AE du 26 février 1991, portant essentiellement sur le fait que l’avis des Archives générales du Royaume n’est plus requis en la matière.

On trouvera copie du premier cité, sous format .pdf, en annexe.

Les armoiries de Lierneux - concédées en 1991, soit bien après la fusion des communes - y répondent. Celles de Bra, antérieures, ont été concédées sous un autre régime. Plus strict, même s'il était déjà loin de faire l'unanimité chez des héraldistes.

Et l'on reconnaîtra aux édiles d'Arbrefontaine, faute d'avoir jamais disposé d'armoiries ni de sceau reconnus, l'élégance et le mérite de n'avoir point cédé à la tentation d'armoiries loufoques - utilisées sans l'ombre d'une concession légale, à l'occasion - dans laquelle tant d'autres sont tombés.

BRA1

"Deux écus géminés : le premier fascé d'argent et de sable de six pièces au franc-quartier, à dextre, d'or à la rose de gueules boutonnée d'or et feuillée de sinople ; le second d'argent au loup passant au naturel, les écus placés devant une Vierge nimbée, une couronne à trois fleurons sur la tête, les pieds sur un croissant de lune, tenant de la dextre un sceptre et de la senestre l'Enfant Jésus également nimbé, dans une gloire, le tout d'or."


Ces armoiries ont officiellement été concédées par l'Arrêté du Régent du 18 novembre 1948, modifié le premier mars 1949.

Le premier écu est celui de la famille de Bra et le second - qui rappelle le lien existant entre la terre de Bra et la haute cour de justice de Stavelot - représente le loup légendaire de saint Remacle, non bâté.

LIERNEUX2

"D'argent à la croix de saint-André de gueules, à un loup passant de sable, bâté, les paniers remplis de pierres au naturel, brochant sur le tout."



Ces armoiries ont été officiellement concédées par l'A.R. du 18 décembre 1991.

Elles combinent la croix de saint André avec le loup bâté de saint-Remacle. La croix est issue d'un sceau utilisé à Lierneux au début du XVIIIe siècle, et le loup évoque le lien avec la principauté-abbatiale de Stavelot-Malmédy*.


---oooOooo---


Hasthags : #Arbrefontaine #Bra #Lierneux #armoiries

Note :

*De mon point de vue elles ne sont pas des plus heureuses, héraldiquement s'entend. Tant qu'à prendre des libertés légalement validées, une alternative eut été le recours à "un écartelé : aux 1. et 4. fascé d'argent et de sable de six pièces au franc-quartier, à dextre, d'or à la rose de gueules boutonnée d'or et feuillée de sinople, qui est de Bra ; aux 2. et 3. d'argent à deux saumons adossés de gueules, qui est de Salm ; sur le tout d'argent à la croix de saint André de gueules bordé d'azur". La bordure d'azur évitait la superposition de métaux tout en évoquant la Lienne, les 2. et 3. aux armes de Salm permettant d'inclure explicitement Arbrefontaine par le biais de son histoire à défaut d'armoiries ou de sceau reconnus. Le tout étant, qui plus est, esthétiquement plus réussi me semble-t-il.

Sources :

par Chuipala
le Mer 8 Nov 2017 - 13:43
 
Rechercher dans: Période contemporaine
Sujet: Armoiries communales
Réponses: 1
Vues: 217

État des lieux à la fusion des communes - 01/01/1977


Par l’arrêté royal du 17 septembre 1975, ratifié par la loi du 30 décembre 1975, le nombre de communes de Belgique passe de 2 359 à 596. La fusion est effective au 1er janvier 1977.

L'entité de Lierneux est dès lors composée de trois sections :

  • Lierneux : moins Provedroux, Salmchâteau* et Joubiéval, rattachés à la commune de Vielsalm.
  • Arbrefontaine : moins Goronne, rattaché à la commune de Vielsalm.
  • Bra : moins Monchenoulle et La Gotale, rattachés à la commune de Manhay.

La superficie totale de la nouvelle entité est de ± 8.750 Ha.

Recensement par section :

  • Lierneux compte alors 2.709 habitants, dont 1.316 hommes et 1.393 femmes ;
  • Bra en recense 417, dont 211 hommes et 206 femmes ;
  • Arbrefontaine 265, dont 140 hommes et 125 femmes.


* Par "Salmchâteau" il faut entendre la portion comprise entre la rive gauche du Glain et la rive droite du Golnay, parfois désignée en tant que "Salmchâteau-Lierneux".

---oooOooo---

#fusion #Lierneux #Bra #Arbrefontaine #population

Sources :

  • "Bulletin d'Information" - Commune de Lierneux - Avril 1977.
  • "Vielsalm et ses environs" - Gaston Remacle - AC Vielsalm ed. - Vielsalm 1957
  • https://vielsalm.blogspot.be : le blog de Georges Benoit.

par Chuipala
le Dim 5 Nov 2017 - 19:49
 
Rechercher dans: Période contemporaine
Sujet: État des lieux à la fusion des communes - 01/01/1977
Réponses: 0
Vues: 129

Chapelle N-D de Grâces ( Bra )


Également connue sous les vocables de « Notre-Dame des champs » et « Chapelle du Rond-Buisson », cet édicule a été construit au Rond-Buisson durant les années 1950 par les habitants de Bra. Marquant l'un des points extrêmes de l'avance allemande durant la terrible contre-offensive de l'hiver 44-45, elle concrétise la promesse faite à Notre-Dame de lui élever un oratoire si les SS n'arrivaient pas à reprendre le village.

Les mœllons utilisés pour sa construction proviennent de l'ancien moulin du « Vî Fornai », situé non loin. Elle fait l'objet d'une dévotion toujours active, tant de la part de villageois que de personnes de passage.

Une messe y est ( était ? ) dite le 15 août.

Originellement, un reposoir ?


Faut-il voir dans la chapelle actuelle une descendante de celle construite antérieurement par un couple de paysans ? Charles Leestmans évoque celle-ci dans son « Histoire d’une vallée », en citant une source aux Archives de l’État de Liège :
AEL - JP Maréchal 24/IV/1770 a écrit:À Bra, un couple de paysans fait construire une petite chapelle au lieu-dit Rond-Buisson [ pour servir à la Suite, de station dans les processions qui s'y font habituellement]

Mais selon René Martin, ce qui n’était en fait qu’une croix, tout au plus un reposoir processionnaire, se serait situé plus loin ; en direction de Vaux-Chavanne. Et Crickboom, pourtant attentif à ce type de patrimoine, n’en parle pas davantage en 1944 que Lemaire, quelques cent cinquante années plut tôt.

Une zone d'ombre demeure, donc. De même que les détails concernant la date de consécration de la chapelle actuelle, et ses contributeurs. C'est précisément l'une des fonctions de ce forum que d'éclaircir ce genre de chose...

---ooo0ooo---

Tags : #Bra #chapelles #Offensive

Sources :


René Martin, recueilli par PéGé a écrit:La chapelle a été construite à l'initiative des habitants de Bra dans les années 1950 pour un vœu exaucé : à l'Offensive, les Allemands se sont arrêtés là. Ils n'ont pas été plus loin. Ce sont les pierres du vieux moulin ( Vî Fornè, gué sur la Chavanne – NDR ) qui ont été utilisées. Il y a bien eu quelque chose avant, mais ce n'était pas exactement là : c'était un peu plus loin. Un genre de croix, pour les processions.

À la découverte du beau pays de Lierneux\" - Collectif - SILx a écrit:Notre-Dame des Champs. Construite dans les années 1950 ; une messe y est dite le 15 août en l'honneur de ND. patronne de la paroisse.


  • "Histoire d'une vallée - La Lienne en Haute-Ardenne - 1500-1800" - Charles Leestmans - Imprimerie Chauveheid - Stavelot 1980.
  • "Résumé de l'histoire du village de Bra" - René Crickboom - Bra - Chandeleur 1944
  • "Notice sur la paroisse et l'ancienne vicomté de Bra au Pays de Stavelot du VII au XIX° siècle" - Lemaire - Imp. Donnay, Liège - 1882.
  • "À la découverte du beau pays de Lierneux" - Collectif - SILx - (?)
  • Témoignage oral de René Martin, recueilli et retranscrit par PéGé ( Patrick Germain ) - 2017

par Chuipala
le Ven 27 Oct 2017 - 14:08
 
Rechercher dans: Religieux
Sujet: Chapelle N-D de Grâces ( Bra )
Réponses: 3
Vues: 241

Le revenant de Trou de Bra

Une mégère du Trou-de-Bra avait fait mourir son débonnaire de mari à petit feu. Afin de sécher ses larmes, elle s'empressa de convoler en secondes noces avec Jean-Hubert Halconreux. Qui, mais ça reste entre nous, s'il lui arrivait bien de chasser n'était pas un sacré fusil pour autant.

Droite sur ses jambes, les reins puissants, les bras musclés, elle se trouvait, rêveuse, sur le pas de sa porte, quand un voyageur lui souhaita le bonjour.

- Bonjour, beau monsieur. Et d'où arrive-t-on ? On vous croirait fatigué.

Car les habitants de Bra sont, dit-on, d'une curiosité phénoménale.

- Du Paradis, madame, lui répondit congrûment l'inconnu.
- Si vous habitez cet heureux séjour, n'y avez-vous pas rencontré Christophe, mon premier homme, trépassé depuis un an ?
- C'est un de mes meilleurs amis.
- Il était si brave ! Je le regretterai toujours. Pour combien de temps êtes-vous revenu ?
- Pour quinze jours.
- Mais alors Christophe pourrait, lui-aussi, obtenir un petit congé ?
- Ben, c'est que vous l'avez laissé partir tout nu, sans un sou vaillant...
- J'ai eu tort, reconnut-elle en pleurnichant. Malheureusement, Halconrue a mis toutes ses hardes.

Après réflexion :

- Qu'à cela ne tienne. Je cours vous chercher le costume de mariage de mon nouvel époux.

Et de s'exécuter.

- Hé ! Ventrebleu ! Sera-t-il requinqué ce cher Christophe. Qu'il va être heureux ! Seulement, il reste un hic : le voyage. Qui est long et coûteux.
- Voilà bien un coup de la Providence ! Nous venons justement de vendre une génisse pour dix-sept pièces. Permettez-moi de vous les confier.

Diligente, la femme apporte un petit pot de grès, enveloppé dans un vêtement.

- Voici l'argent. Prenez aussi, je vous prie, cette casaque. Ainsi, Christophe aura bien chaud.
- Madame, vous reverrez bientôt votre bienheureux.
- Au-revoir, monsieur. Merci encore, et bon retour !

À cette époque, point de grande route ourlant la Lienne, mais, à travers bois, des sentiers tordus et raboteux. À sa rentrée, Jean-Hubert trouva sa femme en pleurs.

- Qu'est il arrivé ?
- Je suis heureuse. Heureuse ! Figure-toi que Christophe est au Paradis.
- Qu'en sais-tu ?
- L'un de ses camarades vient de me l'apprendre.
- Ha ?
- Si fait. Et comme il m'assurait que Christophe recevrait la permission de nous visiter, je lui ai fait remettre ton beau costume.
- Mon... mon beau costume ?!
- Oui. Et les sous de la génisse.
- Les...
- Les dix-sept pièces.
- Satanée bête !
vociféra Jean-Hubert au paroxysme de la colère. L'avoine est encore trop bonne pour toi ! Et où est-il, cet imposteur ?!
- Parti. Du côté de Bra.
- Bride le cheval, bourrique ! Et plus vite que ça !!


Le voici dans la forêt. Bientôt, il aperçoit le revenant, qui marchait à grands pas.

- Hé, voleur ! Rends mes habits et mes écus !
- C'est pour Christophe, raille le mystificateur. Et, preste, il se jette dans un fourré.

Jean-Hubert glisse de sa monture, l'attache à un solide bouleau et, de son cul lourd, se lance à la poursuite du bienheureux permissionnaire.

Mais celui-ci, à la rebrousse, rejoint le cheval, dénoue les rênes et, comme un centaure, file sous le nez de son poursuivant. Qui, bouche bée, les bras ballants et la rage au cœur, assiste à l'envolée de sa fortune. Pauvre Jean-Hubert ! Que devenir ?

Enfin, l'oreille basse et le visage allongé, il regagna son logis à pas comptés.

Sa femme, frappée par son air dépité :

- Jésus, mon Dieu ! Qu'est-il arrivé ? Tu as l'air tout drôle...
- Bah, c'est que je me suis ravisé, dit l'autre.
- Ravisé ?
- Oui. Et puisque tu lui avais offert mon beau costume et l'argent de la génisse, moi, je lui ai offert mon cheval. Comme ça, Christophe sera bien monté pour revenir.

Si ce n'est vrai, ça se pourrait...
...mais plus de nos jours, ça se saurait !


Adaptation libre de Louis Banneux ( L'Ardenne mystérieuse )
par Chuipala
le Mer 25 Oct 2017 - 15:02
 
Rechercher dans: Contes et légendes
Sujet: Le revenant de Trou de Bra
Réponses: 0
Vues: 170

Utiliser le # - hasthag - sur le site

... vous pouvez aussi dire dièse parce que c'est vrai et que j'aime bien. Les puristes emploieront "croisillon", parce que les deux barres transversales sont horizontales et pas obliques. Mais personne va piger.

Pour information et mémoire, citons Wikipédia :
un marqueur de métadonnées couramment utilisé sur Internet où il permet de marquer un contenu avec un mot-clé plus ou moins partagé.

De la même manière que l'on croit généralement que Tarzan est né en Afrique, alors qu'il est né au Tyrol*, l'usage du hashtag n'est nullement une invention ni un privilège du petit zoziau bleu qui en a fait, il est vrai, l'une de ses spécificités. C'est un outil bien pratique sur un forum tel que le nôtre puisqu'il permet de s'y retrouver plus facilement et, pour les membres inscrits, de suivre une thématique qui les intéresse particulièrement en s'abonnant au # depuis leur > profil > tags.

Cette fonction est optionnelle : son utilisation peut rapidement, si elle est utilisée à tort et à travers, devenir une plaie davantage qu'une facilité. Faites-en un usage modéré, et pertinent.

Pratiquement, je vous demande

  • de réserver le # pour la publication initiale d'un fil ;

  • de toujours utiliser le pluriel quand il peut désigner plusieurs édifices, choses ou objets similaires ;

  • de préserver la lisibilité du texte en les plaçant à la fin de celui-ci plutôt qu'à l'intérieur,

  • en les détachant par quelques interlignes,

  • et en vous limitant à l'essentiel. Qui pourrait être, par exemple, le nom de l'ancienne commune concernée, la thématique principale du sujet et, éventuellement, un élément particulier : #Bra #chapelles #peste pour la chapelle Saint-Donat ex Saint-Roch.

Je veux croire que cet outil sera utile à la communauté, et vous souhaite de belles et bonnes publications.
*La preuve :

par Admin
le Ven 6 Oct 2017 - 12:51
 
Rechercher dans: Bonnes pratiques et tutoriels
Sujet: Utiliser le # - hasthag - sur le site
Réponses: 0
Vues: 109

Chapelle Saint-Donat ( Bra )

Initialement dédiée à saint Roch, la chapelle Saint-Donat est relevée en 1807 par les demoiselles Ladry sur les ruines d'un premier édifice.

Tout porte à croire que la dédicace à saint-Roch témoignait alors de l'épisode de peste ayant frappé la région au début du XVIIème siècle. D'autant qu'une croix de schiste, érigée non loin, a longtemps rappelé la mémoire d'une autre demoiselle Ladry, atteinte par le mal et reléguée en ces lieux, dit la tradition, avant d'y mourir en 1637.

La peste ayant heureusement déserté nos régions, contrairement à la foudre, saint Donat aura fini par supplanter saint Roch.

La plaquette "À la découverte du beau pays de Lierneux" (SI) nous rapporte par ailleurs que, derrière cette chapelle, se tenait trois fois l'an une foire réputée. Un fil distinct sera consacré à cet aspect de la vie à Bra.

Il est à noter que la carte de Ferraris désigne cette chapelle - à moins qu'une autre ait existé au même endroit, ce qui paraît peu probable - sous le vocable de "Saint-Mathieu".


La source de cette confusion, voire d'une dénomination usuelle différente, découlerait-elle de liens familiaux ? Dans le "Bra...", de Lemaire, on lit en effet, à la page 71 des pièces justificatives et à propos de textes lapidaires :
3. Ici gisent honnêtes personnes Servais de Ladry, décédé le 17 Xbre 1725 ; et Elizab. Mathieu, son épouse, décédée le 4 Janvier 1721 ;

Adolphe de Ladry, décédé le 9 Août 1759, et Jeanne Frse Mathieu son épouse, décédée le 1er Mars, 1775. RIP.

C'est une hypothèse qui, gardées les réserves d'usage, me semble pouvoir être retenue.

D'autant que Jehenson rapporte pour sa part le vocable : "chapelle dèl Sutwèrdrèye", lié à la toponymie ; et que, non loin, la chapelle Notre-Dame de Grâces est également connue sous au moins deux autres noms.


Tags : #Bra #chapelles #peste

Sources :

In \"Bra..." - p. 79, Lemaire a écrit:Il existe encore deux autres petites chapelles qui se voient près du village de Bra, mais qui n'ont jamais été desservies par des prêtres résidents (…) c'est ensuite la chapelle St Roch qui a été bâtie, ou plutôt, rebâtie en 1807 par les demoiselles Ladry. Les héritiers de ces demoiselles en cédèrent la propriété à la Fabrique de Bra avec une parcelle de biens-fonds située Derrière les Thiers, et dont les revenus doivent être affectés à l'entretien de la chapelle.

In \"Bra..." - p. 84, Lemaire a écrit:À quelques mètres du pont del Sutoidreie on voit une croix en pierre qui rappelle (…) la peste ! (…) dans la première moitié du XVIIè siècle, il y avait à Bra trois sœurs (…) appelées les « Demoiselles Ladry ». (…) une des sœurs Ladry se sentit piquée au bras (…) c'était la peste qui allait bientôt faire son œuvre de mort. (…) on la conduisit jusqu'à la roche del Sutoidreie ; là, on la déposa dans une sorte de caverne (…) Quelques semaines plus tard (…) une croix qui se voit encore aujourd'hui et où on lit l'année 1637.

In \"Lierneux..." - p.25, Jehenson a écrit:La chapelle St. Donat, à l'ouest de Bra, autrefois dédiée à St, Roch ; appelée également chapelle ( del – NDR ) Sutwèrdrèye ( du wallon, lieu où l'on tord le linge mouillé (… ) ou bien torderie = pressoir à faînes de hêtre pour l'huile d'éclairage (… )
par Admin
le Mar 26 Sep 2017 - 0:44
 
Rechercher dans: Religieux
Sujet: Chapelle Saint-Donat ( Bra )
Réponses: 0
Vues: 162

Revenir en haut

Sauter vers: